Blue Flower

 

 

 

 

 

mediaLes scientifiques indiens lancent un appel à leur Premier ministre Narendra Modi qui a nommé des idéologues hindouistes à la tête des plus grandes institutions publiques de recherche. REUTERS/Adnan Abidi

 

 

 

La marche de la science va se dérouler ce mercredi 9 août dans toute l'Inde. Cette mobilisation mondiale a lieu plusieurs fois par an dans différents pays, et a pour but de rassembler la communauté scientifique quand elle se sent en danger. Et c'est ce qu'affirment les scientifiques indiens, qui vont défiler aujourd'hui dans tout le pays pour protester contre la promotion croissante, par le gouvernement, de mythes religieux hindous pour décrédibiliser des vérités historiques ou scientifiques.

 

« La science est menacée d'être éclipsée par une vague croissante de superstitions, alors que les fonds pour la recherche ne cessent de diminuer ». C'est avec ces mots qu'un groupe d'une centaine de scientifiques indiens lancent leur appel au Premier ministre et organisent des manifestations dans une vingtaine de villes du pays pour signifier l'urgence de cette cause.

 

Narendra Modi est en effet au centre de cette polémique : ce chef du gouvernement, qui a grandi au sein de l'organisation hindouiste du RSS, a déjà défendu des thèses contestables.

 

En 2014, Modi a ainsi affirmé que la civilisation védique indienne pratiquait déjà, il y a 3 000 ans, la chirurgie esthétique et la fécondation in vitro. Ses preuves, les différents livres de la Bible hindoue.

 

Cette confusion entre la mythologie religieuse et la science a incité ce gouvernement à nommer des idéologues hindouistes à la tête des plus grandes institutions publiques de recherche, et à commencer à réécrire les livres scolaires dans ce sens. Ce qui ne peut qu'effrayer la communauté scientifique.

 

Sébastien Farcis, RFI.fr le 9 août 2017