Blue Flower

Nouvel épisode dans l’affaire des stylos Montblanc à l’effigie de Gandhi


 

 

 

Les responsables de la marque Montblanc en Inde ont annoncé hier à la Haute Cour du Kerala, selon The Hindu, que les stylos de luxe à l'effigie du Mahatma ne seraient plus vendus en Inde, jusqu'à nouvel ordre. Ce même communiqué prévoit que la marque reverse plus de 600 000 euros à des organisations caritatives indiennes.

La firme Montblanc, basée en Allemagne, avait en effet créé la polémique à l'automne dernier en lançant une édition limitée utilisant l'image de Gandhi, pour un prix exorbitant (plus de 25 000 euros). Cette gamme ne ciblait que le marché indien, où les classes supérieures ont à la fois le portefeuille et le goût du luxe nécessaires pour que la marque Montblanc se développe. La prestigieuse enseigne compte déjà 18 magasins en Inde.

"C'est un stylo qui se vend très bien auprès de nos clients", a ainsi déclaré la responsable de l'une des 2 boutiques de New Delhi. Avant de se reprendre "nous ne sommes pas autorisés à divulguer des informations concernant la gamme Mahatma Gandhi".

L'utilisation à des fins commerciales de l'image de Gandhi, un ascète qui a toujours défendu la cause des plus pauvres, avait provoqué la colère des gandhiens. Ceux-ci avaient donc fait passer une pétition auprès de la Justice indienne, au nom du texte de loi de 1950 Emblem and Names Act, qui réglemente les cas de détournement de symboles de la République Indienne.

 

Dépêche d'agence, in Aujourd'hui l'Inde, le 24 février 2010