Blue Flower

 

 

 

Le Premier ministre indien Narendra Modi, au Congrès américain, à Washington, le 8 juin 2016. 
PHOTO CARLOS BARRIA / REUTERS

 

Les promesses de baisses d’impôts du nouveau président américain vont rendre les États-Unis plus attractifs pour les entreprises, craint-on à Delhi.

 

La victoire de Donald Trump est une mauvaise nouvelle pour l’économie indienne. Le futur locataire de la Maison-Blanche “fait partie des Américains les plus conservateurs qui pensent que le libre-échange et tout ce qui l’accompagne – l’immigration, la sous-traitance et les traités avec les pays étrangers – doivent être renégociés au profit des États-Unis”, estime l’hebdomadaire India Today, dans une analyse publiée sitôt connu le résultat de la présidentielle, mercredi 9 novembre.

 

Les slogans proférés par le candidat républicain durant la campagne sur le thème du retour de la “Grande Amérique” laissent craindre un resserrement des conditions d’attribution des visas dont bénéficient des milliers d’Indiens travaillant aux États-Unis, explique le journal sur son site Internet. De même, la promesse de réduire les impôts des entreprises risque de provoquer “un regain d’intérêt” des grands groupes pour l’Amérique et, a contrario, d’inciter ces derniers à bouder le programme “make in India” lancé par le gouvernement Modi pour faire venir de l’argent frais en Inde.

 

Courrier International, le 9 novembre 2016.

 

Lire l'article original