Blue Flower

Un groupe islamiste pakistanais revendique l'attentat de Pune


 

 

Un groupe islamiste jusqu'à présent inconnu se déclarant dissident du groupe pakistanais Lashkar-e-Taïba a revendiqué l'attentat contre un restaurant dans la ville indienne de Pune samedi soir, écrit mercredi le quotidien The Hindu.

Le quotidien rapporte que son correspondant à Islamabad a été contacté par téléphone par un interlocuteur se présentant comme un porte-parole d'un groupe baptisé "Lashkar-e-Taïba al-Almi" et revendiquant l'explosion à la bombe qui a fait 10 morts et une soixantaine de blessés.

Utilisant le nom de code "Abu Jindal" pour se présenter, cet interlocuteur a déclaré que l'attentat était une réponse au "refus" de l'Inde d'aborder la question du Cachemire dans les discussions avec le Pakistan.

Affirmant appeler depuis la région pakistanaise du Waziristan, il a ajouté que le groupe "Lashkar-e-Taïba al-Almi" s'était séparé du groupe pakistanais islamiste Lashkar-e-Taïba (LeT) car celui-ci avait "pris ses ordres auprès des services de renseignements pakistanais".

L'attentat de Pune est la première attaque sur le sol indien depuis les attentats de Bombay en novembre 2008 qui avaient fait 166 morts. L'Inde avait accusé le LeT d'avoir perpétré les attentats de Bombay avec la participation des services de renseignement pakistanais.

Après avoir interrompu le dialogue de paix avec Islamabad à la suite des attentats dans la capitale économique indienne, New Delhi a proposé à son grand rival de reprendre les discussions. Une rencontre entre hauts fonctionnaires des Affaires étrangères des deux pays doit se tenir le 25 février à New Delhi.

La police a annoncé mardi que quatre personnes ont été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur l'explosion à la bombe à Pune.

Le gouvernement a refusé de confirmer les spéculations sur la responsabilité des Moujahidines indiens, un groupe islamiste qui a déjà revendiqué une série d'attentats à New Delhi en septembre 2008. La presse avait fait état de similitudes entre ces attentats et celui de Pune.

AFP, in Aujourd'hui l'Inde, le 17 février 2010.