Blue Flower

L’Australie choquée par un dessin indien qui compare sa police au Ku Klux Klan


 

L'Australie a condamné vendredi la publication dans la presse indienne d'un dessin comparant sa police au Ku Klux Klan, après le meurtre d'un étudiant indien le week-end dernier. L’Inde reproche aux autorités australiennes de minimiser le caractère raciste des récentes agressions dans le pays.

 

 
 
 
Après  Mahomet en 2006, c'est au tour des policiers australiens d'être la cible des caricaturistes. Le meutre d'un jeune homme indien à Melbourne, le weekend dernier, a inspiré le journal indien Mail Today à publier aujourd'hui un dessin montrant un badge de policier australien, illustré d'une cagoule de l'organisation raciste et antisémite américaine Ku Klux Klan (KKK), fondée à la fin du XIXème siècle aux Etats-Unis.

Nitin Garg, un jeune Indien de 21 ans, a été poignardé à mort  samedi à Melbourne, alors qu'il se rendait à son travail. Depuis 18 mois, plusieurs étudiants indiens ont été la cible d'agressions en Australie, dont une quinzaine l'été dernier.

Le dessin publié dans Mail Today, qui implique que la police australienne ne cherche pas à identifier l'assassin de Nitin Garg en raison de l'appartenance ethnique de ce-dernier, a choqué les autorités australiennes.

"Toute comparaison de cette nature est profondément offensante et je condamne ce genre de démarche", a déclaré le vice-Premier ministre australien, Mme Julia Gillard, affirmant cependant n'avoir pas vu le dessin.

Elle a affirmé que la police de l'Etat du Victoria, où a eu lieu le meurtre, travaillait avec les responsables de la communauté indienne et avait renforcé ses patrouilles dans les zones théâtres d'attaques contre des étudiants indiens.

"Le fait de sous-entendre que nos policiers font traîner l'enquête ou cherchent à protéger quelqu'un est offensant et faux", a déclaré Julia Gillard citée par la chaîne CNN-IBN, accusant Mail Today d'être en manque de sujets et de chercher à remplir ses pages. "On ne connaît pas encore l'identité, encore moins la nationalité de l'agresseur [de Nitin Garg]. Affirmer qu'il s'agit d'un crime raciste n'est pas seulement prématuré mais idiot", a-t-elle ajouté.

Le ministre de la Police du Victoria, Bob Cameron, a lui aussi condamné le dessin de la presse indienne, précisant que la nature du meurtre de Nitin Garg faisait l'objet d'investigations. Il a qualifié la publication de la caricature de "consternante", "ridicule" et "contreproductive", selon CNN-IBN

Le quotidien indien a de son côté défendu son dessin. "Nous percevons la police de Melbourne comme une organisation raciste simplement parce qu'il semble qu'elle ne réagit pas suffisamment vite, ou suffisamment sérieusement, aux attaques d'étudiants indiens", a déclaré le rédacteur en chef de Mail Today, Bharat Bhushan, dans un communiqué.

En mai 2009, plusieurs centaines d'étudiants indiens avaient manifesté dans les rues de Melbourne et de Sydney pour dénoncer une vague d'agressions sur leurs concitoyens.

Cette succession d'incidents a jeté un froid sur les relations entre l'Inde et l'Australie, qui nie le caractère raciste des agressions. Le ministre indien des Affaires étrangères SM Krishna a accusé l'Autralie de ne pas protéger les ressortissants indiens qui résident dans le pays. Le gouvernement australien campe sur sa position, affirmant que de telles agressions surviennent dans toutes les grandes villes du monde.

Canberra a cependant multiplié les contacts avec des diplomates indiens pour tenter de rassurer New Dehli. Près de 80000 Indiens font leurs études en Australie.

 

Antoine Guinard (avec AFP), in Aujourd'hui l'Inde, le 8 janvier 2010